Bioéthique, l’affaire de tous

La bioéthique, c’est quoi ?

La bioéthique, c’est réfléchir ensemble aux progrès de la recherche et des technologies.

La science progresse tous les jours dans plein de domaines. Alors régulièrement, on se pose la question : ces progrès sont-ils vraiment bénéfiques pour la société.

Huit grands thèmes ont retenu l’attention durant l’année 2018 : la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, les examens génétiques et la médecine génomique, les dons et transplantations d’organes, les neurosciences, le numérique et la santé, la santé et l’environnement, la procréation et l’accompagnement de la fin de la vie. Ces questions touchent à de nombreux aspects de la société, notamment tout ce qui concerne la filiation : le fait de savoir qui sont nos parents, nos enfants… Au vu de leur importance, la

 société tout entière doit pouvoir donner son avis par l’intermédiaire d’espaces de débats. Les lois qui sont votées sur les thèmes bioéthiques sont de véritables choix de société !

 

La bioéthique, c’est un ensemble de lois.  

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les différents États et gouvernements ont réfléchi à la bioéthique et ont écrit un certain nombre de conventions et de lois. Les premières lois de bioéthique en France datent de 1994. La science évoluant constamment, il faut de nouvelles consultations citoyennes et de nouvelles lois. Tous les 5 ans, le Parlement, le duo Assemblée nationale et Sénat, doit réviser les lois de bioéthique. Le Parlement s’appuie sur les recommandations contenues dans l’avis du CCNE. La démocratie est un système où tout le monde peut participer à l’écriture des lois grâce à leurs représentants élus. Pour la bioéthique, les citoyens sont appelés à participer réellement. Les citoyens participent réellement aux lois par l’intermédiaire des débats.

 

La bioéthique, ce sont des débats.

La bioéthique cela pose plein de questions et ces thèmes sont si complexes que chaque personne peut avoir un avis différent sur la question. C’est cette différence qui fait la richesse de ces débats. Ces discussions doivent permettre d’arriver à un compromis. Du 18 janvier 2018 au 30 avril 2018, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a interrogé des citoyens : les États généraux de la Bioéthique. Un résumé a été rédigé par les membres du Comité. À la suite à ce texte, les parlementaires vont écrire et voter en 2019 une nouvelle loi de bioéthique.

Edoxie Allier et Alice Vitard

S’abonner

Retrouvez toute l’actualité de la science en Hauts-de-France directement dans votre boite mail

Je m’abonne

Commenter l’article

Je m’abonne à Nord Êka !

Restez au courant de l’actu scientifique en Hauts de France

L’adresse de la page a été copiée dans le presse-papier.