Bioéthique, l’affaire de tous

Comment bien mourir ?

L’euthanasie consiste à permettre à un patient de mourir lorsqu’il en exprime la demande. Cette pratique est très controversée, mais il existe déjà à l’heure actuelle certaines mesures afin de respecter les volontés du patient et éviter qu’il ne souffre.

Le choix du patient

La question de l’euthanasie met en avant l’idée que le patient doit pouvoir prendre les grandes décisions qui concernent sa fin de vie. Il existe des moyens juridiques qui permettent au patient d’être sûr qu’on respecte son choix, même dans une condition physique qui les empêche de s’exprimer.

Des documents – les « directives anticipées » – peuvent être rédigés lorsqu’on est en bonne santé. Ils permettent d’exprimer plusieurs choses : si on veut être réanimé, si on accepte d’être branché à une machine, etc.

Il est aussi possible de désigner une personne de confiance. Elle aura le droit de nous accompagner chez le médecin et sera consultée pour des décisions médicales lorsque l’on ne peut plus s’exprimer soi-même. Ce n’est pas forcément le compagnon, la compagne ou un membre de la famille, juste quelqu’un qui nous connait bien et qui saura exprimer nos souhaits.

Endormir la douleur

Les personnes qui veulent autoriser l’euthanasie en France souhaitent que les patients puissent ne plus avoir mal. Actuellement, la douleur est prise en charge en soins palliatifs. Parmi ces soins, qui s’adressent aux patients qu’on ne peut plus guérir, il y a la sédation profonde et continue qui consiste à endormir la personne malade jusqu’à son décès, afin qu’elle ne souffre plus. Cela ne concerne cependant qu’une minorité de patients. Ce n’est pas un geste sans impact. « Pour les familles, savoir que leur proche est soulagé, qu’il ne souffre pas, c’est très important », souligne Rozenn Le Berre, docteur en philosophie, « pour les soignants, la sédation profonde et continue est un geste qui prend tout son sens quand on sait que c’est pour soulager. »

Edoxie Allier (@AllierEdoxie)

S’abonner

Retrouvez toute l’actualité de la science en Hauts-de-France directement dans votre boite mail

Je m’abonne

Commenter l’article

Je m’abonne à Nord Êka !

Restez au courant de l’actu scientifique en Hauts de France

L’adresse de la page a été copiée dans le presse-papier.